Garder son coeur ouvert face à la précarité

Garder son cœur ouvert face à la précarité

Avez-vous déjà observé l’attitude des passants face à quelqu’un qui mendie dans la rue ? Je m’observe depuis plusieurs années pour comprendre ce qui se joue chez moi face à ces êtres humains et surtout ce que cela me renvoie. Je me dis parfois que ces personnes sont des maitres tellement elles ont à nous apprendre.

Pourquoi tant d’êtres humains râlent, se plaignent des personnes qui demandent de l’argent ? Pourquoi tant évitent de les regarder ?

Ne viendraient-ils pas réveiller une immense peur que beaucoup d’entre nous avons, celle de nous retrouver dans la même situation ?

Avez-vous observé comment nous analysons les situations pour savoir à qui et combien donner ? Comment notre mental raisonne pour décider que celui-ci mérite (il est digne, il joue de la musique, etc) alors que l’autre ne mérite pas (il ne fait rien, il est mal entretenu, il fait sans doute partie d’une bande organisée, il boit une bière, il a un chien que je ne veux pas nourrir, etc.). De la même manière, parfois ce sont des prises de têtes pour savoir combien donner. J’observe mon mental, il est rapide et fort pour me détourner de mon élan de générosité.

En m’observant, je découvre parfois mes parts arrogantes, calculatrices, pingres mais aussi celles en lien avec la compassion, le détachement et la générosité. Toutes ces parties sont en moi que je les aime ou pas ! Chacune de ces rencontres est encore une fois un appel à garder mon cœur ouvert et à assumer mes choix.

J’ai vécu plusieurs moments particulièrement touchants et apprenants avec des êtres humains dans le besoin que je vous raconte dans cette vidéo ICI

Et vous, quelles sont vos expériences ?

P.S : belle initiative pour soutenir les personnes en précarité grâce à son moteur de recherche sur internet, c’est  ICI