Le drôle de paradoxe

Le drôle de paradoxe

En 2016, mes activités professionnelles ont eu des échos plus positifs que jamais. En parallèle, mes revenus ont aussi augmenté de manière réjouissante. Alors que j’étais arrivé à une forme de « réussite » dont j’aurais rêvé quelques années auparavant, le paradoxe est que cela m’a sauté à la figure que je ne pouvais plus continuer ainsi.

Pourquoi ? J’étais arrivé à la limite de ce que je pouvais faire dans cette manière d’exercer mon activité (principalement, ateliers en petits groupes (8-15) + conférences + quelques activités dans des milieux professionnels). J’en suis arrivé à deux constats très clairs :

  1. Mon activité professionnelle me prend trop d’énergie, car je voyage trop pour supporter ce rythme pendant des années (et j’ai bien l’intention de continuer mon activité longtemps).
  2. Toute cette énergie déployée ne me permet pas de toucher suffisamment de personnes pour accélérer ce changement de conscience sur l’argent.

A partir de ce constat, il m’était nécessaire de revoir mes stratégies pour nourrir mes besoins de contribuer à ce monde en mouvement et à prendre soin de moi, de mon équilibre de vie.

Les stratégies ont été évidentes : créer une formation sur internet et animer des ateliers à 150 participants plutôt que 15. Ces 2 stratégies ont rencontré un succès au-delà de mes espérances et il me reste un 3ème pilier : être plus présent dans les médias traditionnels et sur les réseaux sociaux.

Il est possible que tôt ou tard, j’aurai à me réinventer encore et encore pour ajuster mes activités à qui je suis et à mon désir de contribution.

Si je vous partage cela est que j’ai perçu que ce changement est parti d’un mouvement intérieur qui disait : « oui, tu es prêt à te rendre plus visible, à prendre plus de risques et à en assumer les conséquences ». J’ai pu avoir un premier échantillon dans la campagne Facebook sur mon événement « Ami Avec l’Argent » de Paris. J’ai eu des commentaires comme : « Encore un moyen de s’en mettre plein les poches » « une arnaque de plus pour gagner de l’argent ». Mon égo a envie de se justifier, d’expliquer que j’ai fait un déficit financier sur cet événement. Mais à quoi bon. Je n’ai rien à justifier, mais plutôt prendre un temps pour voir comment je peux accueillir, digérer ces commentaires et ne pas leur laisser me pourrir la vie. Si je ne suis pas prêt à déranger certains, à être critiqué par une minorité, j’ai à revenir en arrière. C’est bien de cela que je veux dire quand je parle de mouvement intérieur : être prêt à embrasser la totalité, le meilleur comme le pire !

Et vous ? Dans quel domaine de votre vie, êtes-vous arrivé au bout d’une manière de faire ? Dans quel domaine de votre vie, avez-vous à vous réinventer ? Êtes-vous prêt à vous rendre plus visible ?